1400 salariés à la ville d’Echirolles et un guide pour cette « fourmilière » humaine….

1400 salariés à la ville CCAS inclus pour une fois ce n’est pas nous qui le disons

!

Quand R. Sulli n’ose parler des chiffres en indiquant toujours environ 1000, eh bien cette fois vous savez tout ! Le premier poids des dépenses de la ville c’est bien sa masse salariale qui n’a pas arrêté d’exploser ces dernières années et pour laquelle la Chambre Régionale des Comptes a déjà fait ses remarques à maintes reprises….notamment pour dire aussi que les agents du CCAS n’effectuaient pas le nombre d’ heures de travail règlementaires.
Echirollois, voilà où vont vos impôts, ne vous étonnez donc pas de voir supprimer de plus en plus de services, il faut bien payer tous ces personnels !
Non que nous doutions de la qualité de chacun mais lorsque l’on connait les modalités de recrutement, ainsi que le vivier, l’on pourrait se questionner: peut – on y voir là une logique communiste de maillage électoral ?…..
Et puis c’est bien plus qu’un guide qu’il faut aux personnels dans cet hôtel de ville quand on voit l’omerta qui y règne ! Toujours dans l’apparence de faire des choses sans vraiment s’attarder sur les problèmes de fond qui eux, handicapent sérieusement l’efficience de la ville.

Magalie VICENTE
Conseillère municipale UMP à Échirolles
Candidate de la droite, du centre
et de la société civile à la mairie d Échirolles pour 2014

Article du DL (I. Calendre)

Ils sont près de 1 400 employés. 1 400 agents salariés de la Ville d’Échirolles (CCAS inclus), qui travaillent dans les services administratifs, aux espaces verts, à la propreté, à la police, dans les centres sociaux, à la restauration scolaire, aux équipements sportifs, etc. Ces fonctionnaires évoluent aujourd’hui « dans un contexte qui n’est pas évident, avec des moyens en baisse », estime Serge Biessy, directeur général des services.
Un vrai besoin

Alors, pour fluidifier les rapports dans cette “fourmilière” humaine, un projet d’administration est lancé. « Il s’agit d’aborder la question du travail, de son sens, et des conditions de travail », résume le responsable. Dans ce cadre, un premier outil vient de sortir. Il est encore chaud, à peine achevé : le “Guide de l’agent échirollois” est né ! Élaboré par le service communication, aidé de la direction des ressources humaines et d’agents, il se veut, comme souvent ici, « issu d’un travail participatif. Tous ceux qui le souhaitaient ont pu contribuer ».

Élisabeth Legrand, adjointe aux ressources humaines, voudrait que « les nouveaux agents trouvent, dans ce numéro, tout ce dont ils ont besoin » (lire “L’info en plus”). Un guide qui « répond à un besoin », selon Serge Biessy : « Certains agents pouvaient se sentir livrés à eux-mêmes ».

Au delà du document en lui-même (qui sera disponible sur l’intranet de la Ville et dans les services), ce lancement est surtout l’occasion « de mettre les choses en mouvement, pour discuter avec les agents, et mieux les accompagner. Surtout, dans mon esprit, les choses ne s’arrêtent pas là : elles sont ouvertes, il y a un processus de continuité ».

Dans une municipalité de cette taille, en effet, difficile d’échapper à ce thème. « Or faire du travail un sujet, ce n’est pas neutre », estime le DGS. « Nous positionnons les agents, comme partie intégrante de ce sujet là ». Pour se sentir encore plus impliqués, il leur reste à lire les 22 pages du guide. « Même les “anciens” y apprendront des choses, j’en suis sûre ! » parie Élisabeth Legrand. C’est dire…