Intervention de notre groupe lors du débat d’orientation budgétaire

Retrouvez ci après l’ensemble de notre intervention lors du débat d’orientation budgétaire 2015

DEBAT D’ORIENTATION BUDGETAIRE 2015

Morosité, difficulté, panne, chute, baisse, minoration, dégradation, seuil critique, rigidité, contrainte, incertitude …… Que de termes à connotation pessimiste et alarmante ! A la lecture de ce récit plutôt tourné vers l’art dramatique, nous avons du mal à retenir nos larmes ! Quel tableau alarmiste vous nous avez peint cette année, comme si d’un coup nous entrions dans l’ère de la prise de conscience !
Combien de fois avons nous répété par la voix de Christian Melcion et celle de Magalie VICENTE, que la ville ne pouvait pas continuer à tenir ce rythme de dépenses au regard du contexte national. Ce discours que vous nous avez tenu, ne reflète qu’une seule chose en fait, l’irresponsabilité dont vous avez fait preuve pendant toutes ces années en comptant essentiellement sur les dotations multiples pour couvrir vos frais, sans maitriser vos dépenses. Et ce n’est pas les quelques euros négociés affichés au travers de la commande publique qui vont vous permettre de vous satisfaire de votre politique d’économie ! Sans blague !
Ne rêvons pas quand même ! Ce n’est malheureusement pas une prise de conscience, simplement, la ville est pendue, égorgée par le manque de dotations qui ne peuvent plus couvrir les dépenses ! Alors on manifeste, on fait du bruit pour montrer que l’on ne peut pas accepter d’être autant plumés, certes c’est un choix, vous avez choisi d’élever votre voix au moyen d’une opération de communication pour mettre en scène vos choix et vous dédouaner d’une quelconque responsabilité aux yeux de vos citoyens ! Quand d’autres communes ont choisi elles, de mettre en place une véritable politique d’économie et de maitrise de leurs dépenses en jouant sur des leviers clairement identifiés, sans toucher à la fiscalité !
Le levier identifié par la ville quant à lui est très simple, encore une fois et elle n’a pas eu besoin de creuser bien loin en prévenant déjà la population qu’un risque d’augmentation de la fiscalité était possible ! Quelle aubaine pour vous qui avez proclamé pendant toute votre campagne électorale des municipales que vous ne toucheriez pas à la fiscalité. Permettez nous de rappeler l’une des 6 vraies raisons de voter Renzo Sulli : « C’est la liste la plus sérieuse et responsable pour maîtriser la fiscalité ! » « Pour une gestion saine des finances, des investissements équilibrés, la poursuite du désendettement, Vivre Echirolles saura dégager des ressources nouvelles pour financer son projet »
Et c’est maintenant qu’on doit rire n’est ce pas ????? Nous saluerons donc ce soir l’innovation dont vous faites preuve !
Ce document illustre le plus gros mensonge de votre campagne !
Ce document, n’est qu’un triste aveu d’un échec politique majeur, qui place la ville dans une situation financière extrêmement difficile mais pas nouvelle, qui l’oblige à prioriser, faire des choix et les justifier.
Parlons en d’ailleurs de ces choix annoncés ! Choix non justifiés par la communication d’une analyse économique et financière argumentée par des chiffres ! Non présente ce soir dans le document, bien qu’ayant posé la question lors de la commission, notre groupe s’est vu répondre que nous étions dans l’orientation seulement et que par conséquent, il n’était pas question de chiffres, que nous les aurions lors du budget ! Certes mais sommes nous d’accord que pour faire des choix, donner des orientations argumentées, il faut bien une analyse fondée, fondée sur des chiffres, une analyse qui permet d’établir ces orientations non ? Naviguerait on à vue, en laissant le GPS nous guider ? Où est donc cette transparence avec laquelle M. MONEL n’a aucun souci ? Les autres communes qui préparent leur débat font apparaître l’argumentaire de leurs orientations illustrées par les chiffres correspondant !
Si l’on reprend le graphique p8 « indicateurs de marges de manœuvre : taux d’épargne et capacité de désendettement », la ville d’Echirolles se trouve dans la partie « communes en situation compliquée » ! Ah et donc ? La capacité de désendettement de la ville est restée supérieure au seuil critique des 12 années et son taux d’épargne brute largement inférieur à la moyenne des communes : 7,5 pour 2013 contre 15,04 pour la moyenne nationale ! Le niveau de l’épargne brute conditionne donc les capacités à investir d’une collectivité locale, ce qui veut dire que nous n’avons que très peu de marges de manoeuvre d’investissements vu la situation financière.
Quelles sont donc vos propositions :

1/ utilisation du levier de la fiscalité avec l’augmentation de la taxe foncière et taxe d’habitation sachant que la ville dispose d’un taux de taxe foncière sur patrimoine bâti très élevé au regard du taux moyen national (20,11 % en 2013) contre 37,86% pour Echirolles.

2/ La maîtrise des dépenses de fonctionnement

Il a été demandé aux services de travailler à des propositions permettant de diminuer leur budget de fonctionnement dans les proportions de 6% en 2015, 9% en 2016 et 12% en 2017 ! Sur quoi ont été fondés ces objectifs chiffrés ? Au regard de quels critères, quelles marges de manœuvre ? Nous ne saurons pas ! Ce qui est sûr toutefois, c’est que maintenant que la ville a pris conscience de cette baisse drastique de dotation, elle n’a plus d’autres choix que de couper nette dans certaines dépenses, rapidement, ce qui laisse présager des stratégies à court terme sans réflexion globale.
Concernant les dépenses de transfert, composées des différentes subventions et participations accordées à la ville et à ses opérateurs, il est indiqué qu’elles vont être réduites de manière significative alors qu’elles n’ont cessé d’augmenter ces 6 dernières années ! Comment ne pas avoir anticiper un minimum sur cette maîtrise de ces dépenses passées de 11 118 Millions € à 14 225 millions en 2014 !

3/ des arbitrages importants proposés :

les priorités annoncées : centre permanent du graphisme, équipement mutualisé village 2, études sur le multi accueil village2

4/ La maîtrise de l’endettement

L’encours de la dette s’élève à 58,6 millions d’euros au 31/12/2014. Vous annoncez une dégradation du taux d’épargne brute inévitable jusqu’en 2017, ce qui va fortement contraindre la ville dans son budget de fonctionnement et dans sa maîtrise des dépenses ces 2 prochaines années.

Comment une telle situation n’a pu être anticipée pour lisser la maîtrise des dépenses de fonctionnement ? C’est impensable et irresponsable, cela montre surtout que la situation n’était pas considérée comme dramatique tant que les subventions étaient là pour combler les déficits ! La gestion de la ville depuis ces dernières années est un vrai sketch, c’est inacceptable et irresponsable, de même qu’indiquer que le budget est incertain, trop facile de se déresponsabiliser, les choix doivent être faits, argumentés et assumés !

Quand vous choisissez de ne pas reconduire le poste de la coordinatrice des ASL (ateliers sociaux linguistiques) qui fait d’ailleurs un excellent travail auprès de la population et dont l’action est particulièrement bénéfique, sous prétexte de restrictions budgétaires et notamment de la fin des subventions du conseil général, où vous siégez par ailleurs MME ROCHAS, comment ne pas voir ici, un aveu d’échec de votre travail et de la défense des échirollois ! Un aveu du manque d’ambition du conseil général dans ces choix politiques, qui préfère dépenser son budget sur des lignes en faveur de l’hébergement et l’accueil des demandeurs d’asile, plutôt qu’en soutien aux citoyens de son département ! Ce conseil général qui a été condamné à verser 8 millions d’euros d’amende par l’Etat pour ce choix ! N’est ce pas honteux ? Quand la seule solution que vous osez proposer à ces personnes des centres sociaux après l’annonce de la suppression du poste, c’est de signer votre magnifique pétition contre l’austérité ! Quand vous utilisez les personnels de la ville en leur demandant de faire signer les pétitions à tous les échirollois qui viennent ! Est ce responsable un tel comportement ? Désolée, la ville n’a plus d’argent, la faute à qui, à l’Etat voyons, vous n’êtes pas contents signez la pétition !!!! C’est pitoyable, tellement c’est prendre les échirollois pour des andouilles !

Nous, nous répondons que nous préférons maintenir ce poste de coordination des ASL et nous soutiendrons le maintien de ce poste ! Nous vous demandons de supprimer le poste de collaborateur de cabinet du CCAS donné à un ancien adjoint à la ville ! Au nom de la transparence, Donnez nous le montant de sa rémunération, vous qui prônez à tout va les restrictions budgétaires qui nécessitent de faire des économies, car si l’on doit juger les apports pour les échirollois entre les 2 postes il semblerait qu’il n’y ait pas d’ambiguité possible ! Et que dire de la nouvelle promotion d’une ancienne adjointe à la ville, nommée du jour au lendemain responsable secteur du pôle gérontologie du service d’aide à domicile ! Ou du fils d’une des adjointes qui travaille déjà pour un club sportif et qui pourrait bien intégrer le service des sports !
Quand vous défendez le maintien de la construction du centre du graphisme alors même que la maison de l’enfant serait en danger ! Nous ne sommes pas d’accord avec vos arbitrages, qui ne vont pas en faveur de l’intérêt général !
Vous coupez de manière drastique dans des services sans savoir réellement ce que cela pourra générer comme économie, vous allez dans les structures, comme les crèches, en leur demandant des idées pour faire des économies, mais quelle incompétence ! L’urgence de la situation vous fait commettre des erreurs d’arbitrage qui seront néfastes aux échirollois et nous ne pouvons pas vous laisser faire sans dénoncer !
Sans dénoncer la gestion catastrophique de la situation du CCAS, notamment, qui conduit aujourd’hui la ville à devoir trouver des solutions d’urgence ! Situation qui a été dénoncée par la chambre régionale des comptes en 2013, qui mentionne des coûts de gestion supérieurs à la moyenne départementale, couts de gestion qui sont dus à un fort absentéisme !
L’absenteisme, fléau de la ville et de ses satellites, pour quelles raisons ? Nous avions déjà soulevé le nombre d’affaires de personnels pour lesquelles la ville fait appel à son cabinet d’avocats, qu’en est il de la gestion RH des personnels ? Pourquoi tant de personnels en arrêt maladie ? Y aurait il des problèmes de management ? de pression hiérarchique ?
La chambre régionale des comptes soulevait aussi un souhait de clarification de l’octroi de certaines indemnités en matière de personnel, indemnités d’heures supplémentaires notamment, en citant comme exemple qu’un agent avait touché 3247 euros pour les heures supplémentaires faites pour les élections régionales ! La gestion des panneaux d’affichage rapporte, qu’en est il donc de la prime pour les élections municipales ! Quand vous faites le choix de supprimer des structures d’accueil, nous vous demandons, avant, de clarifier ces rémunérations et d’arrêter de distribuer l’argent des contribuables !

Par ailleurs, pour pallier au manque de personnel, absents, en arrêt maladie, vous avez recours à l’intérim, aux emplois temporaires, sans mise en concurrence alors que les montants engagés nécessitent le respect du code des marchés publics. Des CDD en forte augmentation que la ville doit impérativement maitriser.
De même, les subventions à l’association d’aide à domicile de personnes âgées ont augmenté de 40 % alors même que le nombre de personnes aidées à diminué de 10% et le nombre d’heures exécutées diminué de 3% ! N’y a t il pas de leviers à utiliser ? Comment expliquer ces augmentations ?
Les dépenses de personnels ont notamment augmenté suite à la reprise par le CCAS de la gestion des centres sociaux, sauf que l’évolution des charges de personnels est préoccupante car elles représentent 80% des charges de gestion alors que la moyenne des frais de personnel CCAS est de 60%.
Les charges réelles de fonctionnement ainsi que les rémunérations des agents non titulaires augmentent alors que les effectifs diminuent ! La encore n’y a t il pas de leviers possibles ? Les préconisations de la chambre régionale des comptes n’ont elles pas été entendues ?
Enfin, la chambre régionale des comptes pointe du doigt que les agents de la ville bénéficient d’une durée annuelle de travail largement inférieure à la norme, ils sont à 1540 h au lieu de 1607 h, soit presque 2 semaines de moins que ce que prévoit la réglementation ! La politique conduite en matière de durée du travail est néfaste à la ville.
N’est ce pas là non plus un levier d’économies avant la fiscalité ?
Le constat est affligeant, tant au niveau du nombre de personnels employés qu’au niveau de leur gestion !
La comptabilité du CCAS doit être mise à plat et des leviers d’économie seront facilement trouvés, c’est ce que nous utiliserions comme piste plutôt que de supprimer drastiquement des structures essentielles aux échirollois.

En conclusion, devant tant d’incompétence et d’irresponsabilité nous dénonçons le fait que vous souhaitiez faire porter la dette de la ville, dûe à une très mauvaise gestion et gouvernance, pour laquelle vous refusez de travailler à plus de transparence, aux échirollois, aux classes moyennes notamment, par l’augmentation de la fiscalité ! Trop d’avantages ont été distribués qui pénalisent aujourd’hui le budget ville !
La gestion du personnel semble être le point d’entrée stratégique pour maîtriser les dépenses mais le service public ne doit pas en pâtir ! Les dépenses de personnels du CCAS doivent être mises à plat et les leviers apparaitront d’eux mêmes !
Les restrictions doivent conduire à prioriser les programmes en faveur de l’intérêt général avec une maîtrise du budget pour retrouver de l’épargne brute.
Il est désolant de constater ce bilan aujourd’hui, bilan qui n’est autre qu’un aveu d’échec de la gouvernance de la ville ces dernières années, ville qui a distribué l’argent public en comptant sur l’arrosage des dotations pour couvrir son train de vie.

Désolant de constater avec quelle irresponsabilité la ville n’a pas souhaité conduire une politique de diminution de ses frais de fonctionnement ces dernières années malgré les différentes alertes.

Vous avez menti aux échirollois durant votre campagne et avez sauté sur l’occasion de l’excuse de la baisse des dotations de l’Etat, pour justifier le recours à la fiscalité comme obligatoire, afin de couvrir votre dette et votre gouvernance pitoyable dans laquelle l’argent public est gaspillé, dans un flou artistique !

Notre groupe ne peut que regretter tant d’incompétence et d’irresponsabilité, la majorité ayant bien connaissance de ses choix financiers !
Nous terminerons notre intervention en citant Napoléon Bonaparte « le mensonge n’est bon à rien puisqu’il ne trompe qu’une fois »

Magalie VICENTE
Conseillère municipale UMP à Échirolles
Candidate de la droite, du centre
et de la société civile à la mairie d Échirolles pour 2014