L’accueil des enfants à l’école sera désormais payant : une double peine pour les échirollois !

Après avoir mis en place la réforme des rythmes scolaires dans l’amateurisme et la précipitation les plus totales, la ville d’Echirolles se rend compte maintenant que c’est une réforme qui coûte cher et qu’il va falloir payer !

La solution la plus facile est donc de faire payer les échirollois pour la garderie du matin, du mercredi et du soir, échirollois qui se retrouvent doublement pénalisés par cette tarification d’une part, sur la base du quotient familail et l’augmentation des impôts.

Encore une fois, des augmentations qui arrivent après 2 échéances électorales, pendant lesquelles on s’est bien gardé d’informer les habitants !

Nous avons par ailleurs rappelé, qu’aucun bilan n’avait été fait sur cette réforme, ni qualitatif ni financier, depuis 2013 et qu’il ne nous était pas possible de valider des choix sans bilan concret de mise en oeuvre, l’objectif étant quand même de s’assurer que l’argent public dépensé répond bien à la demande de la population.

Retrouvez ci-après notre intervention :

Vous nous demandez ce soir de nous prononcer sur le règlement des activités périscolaire alors même que nous n’avons toujours pas eu de bilan précis sur le déroulement de ces activités l’année dernière. Comment nous prononcer sur des modifications alors même que nous ne savons même pas ce qu’il en ressort et ce n’est pas faute d’avoir demandé.
De même, vous nous demandez de nous prononcer sur la tarification des activités et de l’accueil des enfants que vous souhaitez mettre en place parce que cela a coûté à la ville près de 600 000 euros l’année passée alors même que vous n’êtes toujours pas en capacité de nous fournir le bilan demandé.
Vous avez toujours souhaité mettre en place rapidement cette réforme en prenant des risques notamment financiers, nous en payons aujourd’hui les conséquences et les échirollois imposables vont en payer les conséquences, ce qui est inacceptable.
Une fois encore, cette mise ne œuvre reflète l’amateurisme avec lequel vous avez souhaité aller dans cette réforme pour mettre en avant la ville et vous vanter du meilleur dispositif de l’agglo mais qu’entend – on par meilleur ? La qualité est à prendre en compte certes mais son coût aussi, or, aujourd’hui il apparait que les choix qui ont été fait pénalisent à la fois la ville financièrement, qui n’en n’ a pas les moyens et maintenant les échirollois, qui vont être obligés de payer pour mettre leurs enfants à la garderie pendant qu’ils iront travailler.
Double peine pour les familles modestes qui voient aussi leurs impôts augmenter par ailleurs.
Si l’on prend les statistiques sortis, l’on peut remarquer que les taux de présences les plus importants matin et soir, que ce soit en maternelle ou en primaire, concernent les quotients familiaux de tranches moyennes ainsi que les familles sans quotient familial, ce qui veut dire que la cible visée par les activités proposées étant celle aux plus bas QF pour l’accessibilité à la découverte, finalement, n’est touchée qu’à moindre mesure, peu d’enfants étant inscrits et que les autres enfants sont ceux dont les parents travaillent et ne peuvent pas de toutes façons récupérer leurs enfants donc sont contraints à être inscrits aux activités par défaut.
Si l’on relève le nombre d’activités proposées par la ville pour le 3ème trimestre, pas loin de 50 activités différentes sont proposées ce qui est considérable et coûte très cher à la ville. 50 prestataires différents peut être pas mais bien une bonne quarantaine, donc autant de convention de partenariat avec des tarifications à gérer. Plus minimum 4 activités différentes par jour sur le même secteur….. Il y a un compromis à trouver entre offrir une diversité et trop de diversité qui tue la diversité ! Cette organisation coûte très cher à la ville en coûts de gestion en amont (organisation) et en aval (facturation), c’est un niveau ambitieux que la ville ne peut assumer financièrement et qui pénalise les familles qui ne souhaitent pas forcément pratiquer des activités quotidiennes, car les enfants sont fatigués, mais qui sont obligés de rester le soir le temps que les parents arrivent.
La plupart des communes ont choisi de mettre en place la réforme sur un après midi, le jeudi notamment ce qui permet d’assurer une diversité d’activités et un coût de gestion moindre pour les collectivités.
Echirolles a encore une fois les yeux plus gros que le ventre en proposant une réforme qui n’est autre qu’un gouffre financier qu’elle ne pourra assumer, qu’elle n’a pas anticiper donc qu’il faut récupérer maintenant financièrement.
Cette délibération sur les tarifs reflètent encore une fois tous les mensonges de vos campagnes qui ont consisté à annoncer la mise en œuvre de dispositifs au service de la population et maintenant d’annoncer qu’ils vont être payants faute de moyen tout ça sur le dos de l’Etat ! quand il s’agit d’assumer ses responsabilités il n’y a plus personne ! Vous avez encore menti aux échirollois et c’est inacceptable !
Par ailleurs, il est indiqué dans l’article 1.1 sur les accueils encore une fois, qu’ils sont accessibles à tous les enfants scolarisés dans l’école (sauf dérogation aux secteurs scolaires) ce qui n’est pas acceptable et nous l’avions déjà fait remarquer plusieurs fois. Les personnes qui se voient faire de dérogations de secteur le sont souvent pour des options de garde en effet mais pas forcément d’origine familial et il n’est pas concevable de les pénaliser sur l’accueil et les condamner à payer des frais de garde supplémentaires sous prétexte qu’ils ont dérogé à au secteur. Parce qu’il s’ils l’ont fait c’est très souvent parce qu’ils étaient obligés afin de pouvoir concilier, qualité de vie de l’enfant, horaires et rythmes de vie professionnels. Ex une famille n’ayant pas eu le choix de sa nourrice habitant du coup un autre secteur que celui de la famille, n’ayant pas eu de place en crèches, se retrouve à demander une dérogation afin que son enfant puisse aller à l’école dans le secteur de la nourrice au sein duquel il a grandi, afin de respecter son environnement et que la nourrice puisse assurer la garde, est ce pour autant le rôle de la mairie d’imposer à la famille une obligation de garde par la nourrice plutôt qu’un accueil à l’école non, ce n’est pas une décision favorable ni à l’enfant ni à la famille.
Nous ne pouvons accepter ces choix maintenant parce que nous remettons en cause les choix faits dans le cadre de la mise en place de la réforme dont nous n’avons aucun retour ni en termes de qualité auprès des enfants, des enseignants et des familles ni en termes financiers bien que nous ayons quelques chiffres vagues et minimum donnés, c’est à notre sens irresponsable.
La mesure de la performance doit être un indicateur au service des collectivités aujourd’hui pour continuer à assurer un service de qualité, mais pas surdimensionné, et ce, sans mettre en péril le budget de la ville.

Nous demandons le report de ces délibérations au mois prochain avec d’ici là un bilan complet de la réforme, sinon nous voterons contre ces délibérations, faute d’informations.

Magalie VICENTE
Conseillère municipale UMP à Échirolles
Candidate de la droite, du centre
et de la société civile à la mairie d Échirolles pour 2014