Marche blanche en hommage à Grégory

Cet après midi, nous avons participé à la marche blanche organisée en hommage à Grégory sauvagement et gratuitement assassiné jeudi dernier devant Grand Frais à Echirolles.

PLUS JAMAIS CA, pouvions-nous entendre au coeur de la marche qui a rassemblé énormément de personnes, des familles et beaucoup de jeunes, venus soutenir la famille et surtout manifester le souhait que cette violence gratuite s’arrête enfin.
PLUS JAMAIS CA disait Calogéro suite au meurtre de Kevin et Sofiane et pourtant, aujourd’hui, nous sommes encore là, rassemblés. Alors que mon fils de 14 ans me glisse à l’oreille que des marches blanches, il pourrait y en avoir tous les jours dans l’agglomération….
Je regrette l’insouciance de notre génération où la violence existait, certes, mais pas de la sorte ! Et pendant que nous marchions, une altercation, avec fusillade nous a-t-on dit, éclatait avenue Grugliasco, juste au dessus.
Sur les messages portés par les proches nous pouvons lire  » JE SUIS CETTE VILLE OU IL NE FAIT PLUS BON VIVRE « , message diffusé ces derniers jours via les réseaux sociaux. Et la question qui suit justement est donc : qu’a-t-on fait pour lutter contre cette violence?
Aucune prise de conscience de la part de nos responsables politiques locaux de l’agglomération pour lutter ensemble contre cette violence gratuite.
L’Etat est responsable, certes, au regard du laxisme ambiant qui règne en maître au travers d’une justice dont on a perdu la définition précise ces dernières années. Les armes blanches se promènent régulièrement et sortent pour une cigarette, un regard, un refus, une remarque ! Et derrière? Quelle est la réponse de l’Etat? Vide, aucune poursuite ferme qui délivrerait un message clair, au pire, quelques mois avec sursis ou fermes en fonction de la gravité, mais qui n’empêcheront pas de recommencer. Le laxisme a conduit au je m’en foutisme et au non respect de l’autorité et des autres.
Mais si j’étais Maire d’une ville et que je voyais ce message porté par mes citoyens, je me poserais des questions pour mettre en place activement des dispositifs pour qu’il n’y ait « plus jamais ça »!
A part un Plan de Prévention de la Délinquance en 14 mesures que M. MONEL aime à citer, sur le terrain c’est le néant. Normal, quand on connait la part de budget dédiée à la sécurité au regard de la part de social par exemple. Tout est question de choix politiques. Annoncé un plan en 14 mesures, ça fait bien, un peu de communication, sur un sujet préoccupant, c’est obligatoire, mais sans action concrète derrière ni ambition, c’est un coup d’épée dans l’eau.
La vidéosurveillance est restée au point mort, le centre de surveillance n’est plus adapté, le nombre de caméras pour une ville comme la nôtre loin d’être à la hauteur des ambitions, alors même que celle-ci a fait ses preuves dans les enquêtes. Certes, la vidéo ne règle pas le problème de la violence, mais elle aurait permis, si le territoire avait été maillé, de retrouver rapidement l’auteur des coups.
La prévention est un élément clé aussi, sauf qu’à Echirolles, manifestement, il serait temps de revoir la politique, vu les résultats de ces dernières années.
La police municipale quant à elle, n’a pas le droit d’intervenir, faire respecter l’ordre fait désordre chez nous, alors on se tait et pour des raisons purement électoralistes on laisse faire, jusqu’au moment où cela déborde.
Les messages délivrés par nos responsables des majorités de l’agglomération restent des messages d’impunité,il ne faut pas s’attendre alors à des miracles en matière de sécurité et de tranquillité publique.
Combien de morts faudra-t-il encore pour que la fermeté et l’intransigeance soient au programme et que chacun se donne les moyens d’agir chez lui et collectivement sur le territoire, afin de redonner enfin, à la population, le droit de vivre tranquillement sans avoir peur?

Magalie VICENTE
Conseillère municipale UMP à Échirolles
Candidate de la droite, du centre
et de la société civile à la mairie d Échirolles pour 2014