Quartier des écureuils : un nouveau projet immobilier loin de faire l’unanimité ! Sans blague….!!

Jeudi dernier s’est déroulé en express une réunion d’information sur le nouveau projet immobilier de la majorité, quartier des écureuils.

Un projet pour lequel nous avons sans cesse demandé des informations notamment en commission, suite à des bruits de couloirs et pour lequel nous n’avons rien obtenu.

Finalement il aura été présenté à la va vite devant la montée de l’exaspération des habitants jeudi dernier et s’est peu dire qu’il n’a pas fait l’unanimité !

UN projet qui présente plus de 96 logements sur une surface aussi réduite que celle disponible, avec un parc supprimé (vous avez la Frange Verte a répondu le Maire, quand celui-ci est utilisé après les sorties d’école par les habitants du quartier…)

Si ce n’est pas de la densification encore une fois ??

Avec des hauteurs max en R+8 et non R+ 5 comme dans l’article du DL, immeubles prévus non en face de l’ancienne mairie mais juste devant les nouvelles copropriétés …Autant dire que l’ambiance était plus qu’électrique et que les habitants ne se sont pas laissés faire en avançant des arguments en béton !

Une habitante ayant même réclamé à la mairie de s’occuper d’abord des problématiques quotidiennes sur la ville dont celle des scooters avant de venir ajouter encore d’autres logements.
Le pourcentage de logements sociaux sur la ville a aussi été mis en avant par les habitants !

Renzo Sulli a tenté de calmer la salle, en vain. « Il faut arrêter d’assimiler tout nouveau logement à des scooters sans casque. »

Une nouvelle réunion est prévue début juin par la ville pour tenter d’avancer d’autres arguments !

Magalie VICENTE
Conseillère municipale UMP à Échirolles
Candidate de la droite, du centre
et de la société civile à la mairie d Échirolles pour 2014

ARTICLE DU DL

Projet immobilier : la pilule passe mal auprès des habitants

Le nouveau programme immobilier qui va voir le jour dans le secteur des Écureuils, face à l’ancienne mairie, est loin de faire l’unanimité. Une réunion publique d’information s’est tenue jeudi à la Maison des associations en présence du maire, Renzo Sulli, et d’une poignée d’élus. Rassemblés dans une salle bien trop petite, les habitants du quartier ont exprimé leurs inquiétudes. La réunion a durée plus de deux heures. L’ambiance était électrique.

« Les nouveaux immeubles accueilleront 96 logements, dont 19 locatifs sociaux. Le plus haut atteindra R + 5 », a détaillé l’architecte du projet. Les chiffres énoncés ont provoqué de vives réactions. « L’école Paul-Langevin va être surchargée avec les nouveaux enfants qui vont arriver ! », s’est inquiétée une maman. « Nous n’avons déjà pas assez de places de parking, où vont se garer les nouveaux occupants ? », a renchéri un riverain.
« C’est de l’enfumage ! »

L’architecte s’est montré rassurant sur ce point : « 100 % des voitures seront garées en sous-sol. Nous prévoyons une place par logement ». Les rires ont fusé. « Une place par logement ? Mais tout le monde a deux voitures maintenant ! », s’est indignée une mère de famille. La présentation du projet s’est déroulée avec difficulté, promoteur et paysagiste se faisant interrompre sans cesse par les habitants, à coup d’ironie et de moqueries. « Les promoteurs ne sont là que pour faire des sous, vous faîtes de l’enfumage ! », entendait-on par ici. « Ces gens-là, on ne les veut pas », poursuivait un homme d’une cinquantaine d’années. Renzo Sulli a tenté de calmer la salle, en vain. « Il faut arrêter d’assimiler tout nouveau logement à des scooters sans casque. Le quartier a besoin d’être revitalisé. Il y a des problématiques de fonctionnement et des espaces vieillissants. Construire de nouveaux logements, ce n’est pas amener la peste », a lancé le maire.
Début des travaux en 2017

À l’aide de plans et d’images de synthèse, paysagiste et architecte ont tenté de démontrer les avantages du projet : un grand espace vert central, le nouveau terminus de la ligne C3, des immeubles de qualité et orientés de façon à ne pas masquer Belledonne, un quartier redynamisé… Mais les arguments n’ont pas pris. Dans la salle, les soupirs se faisaient entendre. « De pire en pire… », chuchotait-t-on entre conjoints. « Nous n’avons rien demandé. Le quartier est calme et on apprécie le fait d’être à l’écart », a déclaré une femme, avant d’être applaudie par le reste de la salle.

La question du calendrier a été abordée en toute fin de réunion. Les travaux devraient commencer en janvier 2017 sur toute la partie nord de la place, pour une durée de 16 à 18 mois. Viendra ensuite le tour de la partie sud à partir de mi-2018 et jusqu’à la fin 2020. Le maire a promis que les remarques des habitants seraient prises en compte. Ceux qui le désiraient ont eu la possibilité de s’inscrire à une seconde réunion qui se tiendra début juin.