Vœu du groupe Échirolles pour la vie
sur l’accueil des Roms à Echirolles

Depuis quelques mois, le développement de camps de roms illégaux prend des proportions inacceptables d’un point de vue sanitaire et sécuritaire sur l’ensemble du territoire de l’agglomération.

Echirolles est touchée par la proximité du camps VERLAINE dont la capacité est plus que dépassée, des roms se sont installés à proximité de Comboire face aux nouveaux programmes immobiliers, alors que nous avons aussi 2 familles sur le parking du cinéma pathé.
Cette situation ne peut plus durer, de nombreux échirollois se plaignent n’ayant que peu d’informations sur l’état sanitaire des personnes dont les enfants sont scolarisés, à l’école Paul Langevin notamment.
Par ailleurs, les situations dans lesquelles ces familles se retrouvent, n’arrivant pas à accéder au marché du travail, poussent certains à chercher alimentations et habits dans les poubelles des commerces et des particuliers ou encore à voler.
La résorption de ces installations constitue une urgence sanitaire et sociale. Ces personnes sont maintenant sur notre territoire, il faut donc trouver des solutions dignes, d’accueil, sachant que nous ne pourrons en trouver pour chacune des familles. Il faudra donc être amené à établir une vraie politique territoriale d’accueil et de suivi des installations des camps sur l’agglomération.
2 maîtres mots sont à prendre en considération : sécurité et insalubrité
• Sécurité des personnes à l’intérieur même des camps, nous savons que les rassemblements et la cohabitation avec autant de monde ne peut être bénéfique et sans tension
• Sécurité des citoyens face aux vols et cambriolages dont ils peuvent faire l’objet.
Attention, nous ne sommes pas dans la stigmatisation d’une population, certaines familles tentent de s’intégrer et trouver du travail quand d’autres choisissent la voie des délits.
• Insalubrité des lieux de résidences choisis pour l’installation
• Conséquences sanitaires qui peuvent être dramatiques à l’approche de l’hiver avec le développement de nombreux microbes, dont notamment, la tuberculose qui est déjà en nette augmentation.
La circulaire du 26/08/2012 de Manuel Valls impose en cas de démantèlement de camps, de procéder à un diagnostic social et de proposer une solution d’hébergement et d’insertion aux populations concernées, ce qui n’est pas gérable par les communes de la communauté d’agglomération.
Le maire de Grenoble a choisi de réouvrir le camps d’insertion VERLAINE après la fermeture décidée par Monsieur le préfet. Ce n’est pas tolérable de laisser faire un Maire qui conteste une décision préfectorale alors même que la situation sanitaire des personnes installées est en danger.

Sur ces considérations, le conseil municipal formule le vœu suivant :

Concernant la famille qui se trouve sur le parking du cinéma et à Echirolles depuis le mois de Mars la ville s’engage :
à la reloger dans les logements vides disponibles pendant une durée d’un an maximum et à exiger auprès de celle ci l’acceptation de relogement. En cas de refus de la famille, la ville s’engage à l’exclure du parking du cinéma.
– En complément, à suivre le parcours d’insertion de la famille en question, afin de s’assurer qu’elle trouvera du travail pour subvenir à ses besoins, payer son logement et s’insérer dans la société.
à mettre en place, avec les associations, un dispositif afin de s’assurer que la famille suit des cours de français pour parfaire son insertion,
à s’assurer auprès de la famille que toutes les exigences sanitaires sont remplies, notamment en faveur des enfants (carnet de vaccinations) et du suivi médical.
Si les conditions ne sont pas remplies, la ville s’engage à exclure la famille de ce logement et de la ville.

Concernant l’accueil des Roms sur le territoire :

à travailler avec Monsieur le Maire de Grenoble sur la situation dramatique du site VERLAINE et sur la nécessité de démantèlement définitif rapide du site,
à entamer un travail avec l’ensemble des élus de l’agglomération afin d’élaborer une politique territoriale d’accueil et de suivi de la population roms,
à solliciter ses partenaires locaux (élus et acteurs publics et associatifs) pour assurer à ses citoyens la sécurité sanitaire, en engageant un suivi des installations des familles et des risques sanitaires,
à interdire toute installation illégale de camps sur son territoire et de faire appel au préfet ainsi qu’aux forces de l’ordre pour exclure les familles qui tentent de s’installer,
à interpeller par le biais des députés du territoire, le gouvernement, sur la situation préoccupante d’accueil des roms par les municipalités qui n’ont pas les moyens financiers de gérer l’insertion. La ville s’engage à demander à l’Etat d’assumer ses responsabilités.
à établir un contrat moral avec les familles installées sur la ville (interdiction de la mendicité, de fouiller les poubelles, de la prostitution, obligations sanitaires, éducation, apprentissage de la langue française) qui, en cas de non respect des obligations justifiera une exclusion.
à mettre les moyens policiers nécessaires pour contrôler ces situations

La ville ne peut pas absorber toutes les charges d’insertion des familles roms qui s’installent, ce serait par ailleurs discriminatoire au regard d’échirollois en situation difficile, cependant, elle doit aujourd’hui s’engager et se positionner clairement sur sa politique d’accueil, d’insertion et d’exclusion, afin de défendre ses choix auprès de ses partenaires de l’agglomération et d’éviter à terme la propagation ingérable de camps illégaux qui causeraient d’importantes difficultés.

Magalie VICENTE
Conseillère municipale UMP à Échirolles
Candidate de la droite, du centre
et de la société civile à la mairie d Échirolles pour 2014